SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 08.09.2017

Message de la Conférence des évêques suisses à l’adresse des agents pastoraux, prêtres, diacres et laïcs


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 31.07.2017

Niklaus von Flüe 2017



SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 21.05.2017

Inauguration du pavillon suisse « Prophezey » à l’exposition universelle de la Réforme à Wittenberg


Tous documents

SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 04.06.2013

« Réussir ensemble »

Appel des Églises et communautés religieuses pour le dimanche des réfugiés et le sabbat des réfugiés des 15 et 16 juin 2013

Nous, les habitantes et les habitants de Suisse, sommes ambivalents par rapport à la question des réfugiés : d’un côté, une disponibilité à les aider que nous manifestons sans cesse, de l’autre, une tendance au rejet.

Notre peuple est prompt à aider les personnes qui souffrent par le biais des œuvres d’entraide et institutions sociales et à soulager les multiples formes de détresse. Au cours des dernières décennies, la population suisse a ainsi versé des milliards de francs de dons aux œuvres d’entraide et utilisé généreusement l’argent des impôts. En même temps, des avis négatifs et des mises en garde se font entendre quand il est question de la politique des réfugiés et des requérants d’asile. Ce sont des voix qu’il faut aussi prendre au sérieux. Elles découlent de l’expérience douloureuse qu’il y a des limites à l’aide que nous pouvons apporter.

La fuite et la migration ne sont pas des phénomènes nouveaux. Dans la Bible déjà, l’être humain est en chemin ; il devient un étranger en dehors de son environnement familier ; extrait de son quotidien habituel, il est déraciné. Mais ce qui est nouveau aujourd’hui, c’est l’ampleur et l’intensité des flux migratoires sous leurs formes les plus diverses.

Chaque année, des affrontements guerriers, des crises économiques, des ­catastrophes environnementales et des famines chassent des millions de personnes de leurs pays d’origine. Ces gens sont contraints de chercher refuge ailleurs et de repartir à zéro. Quand c’est possible, ils trouvent refuge dans un pays voisin, mais beaucoup doivent se rendre dans des pays lointains et inconnus. D’un jour à l’autre pour ainsi dire, les voilà devenus nos voisins, nos prochains.

Notre foi défend sans compromis la dignité humaine contre les diverses formes d’humiliation. La Bible proclame l’être humain comme créé à l’image de Dieu. C’est la raison pour laquelle nous devons nous engager en faveur des personnes persécutées et déshonorées : le judaïsme et le christianisme enseignent que l’être humain a été créé par Dieu, qu’il est appelé à être à l’image de Dieu. Ce n’est pas seulement l’amour du prochain qui nous ordonne de porter assistance aux personnes en détresse, mais aussi un amour de Dieu vivant et authentique. Nous ne pouvons pas aimer Dieu et laisser sombrer notre prochain qui est la créature à l’image de Dieu.

On ne peut surmonter les détresses qui apparaissent, les problèmes qui se posent, les difficultés qui s’accumulent, que lorsque la solidarité unit les gens dans une action commune, dans l’esprit justement du slogan du dimanche des réfugiés de cette année « Réussir ensemble ».

Pasteur Dr Gottfried Wilhelm Locher                                   Mgr Markus Büchel

président du Conseil de la                                                     président de la

Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS     Conférence des évêques suisses CES

Évêque Dr Harald Rein                                                           Dr Herbert Winter,

Église catholique-chrétienne de Suisse ECCS                 président de la Fédération suisse des communautés israélites FSCI