14.02.2017

Un groupe d’experts de la Conférence des évêques suisses étudie le « modèle du Bénin »


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 13.02.2017


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 06.02.2017


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 06.02.2017

Les évêques suisses offrent une plateforme de dialogue



Tous documents

Conclusion d’une convention réglant la collaboration entre la CES et la Conférence centrale

SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | Communiqué de presse | 11.12.2015

Conclusion d’une convention réglant la collaboration entre la CES et la Conférence centrale

La Conférence des évêques suisses (CES) et la Conférence centrale catholique romaine de Suisse (RKZ) ont convenu de régler leur collaboration sur des bases nouvelles et de manière plus contraignante.

Il s’agit concrètement de la conclusion de deux accords: une convention énonçant les principes régissant cette collaboration et un nouveau contrat de cofinancement réglant la coordination des décisions de nature pastorale, d’une part, et financière, d’autre part, dans le contexte des tâches pastorales de l’Eglise accomplies à l’échelon de la Suisse et des régions linguistiques. Ces deux documents ont été signés aujourd’hui à Berne par les présidents de la CES et de la Conférence centrale, Mgr Markus Büchel et Hans Wüst.

Cette nouvelle réglementation de la collaboration est liée aux mutations sociales et aux changements se produisant dans le paysage religieux, lesquels lancent d'importants défis à l’Eglise catholique en Suisse. Ces derniers concernent notamment la question des rapports Eglise-Etat et celle de l’organisation et du financement pérennes de la vie ecclésiale. Face à ces problématiques, des liens de coopération fermes entre instances pastorales et autorités de droit public ecclésiastique sont destinés à occuper une place toujours plus grande.

La convention de collaboration repose sur la reconnaissance mutuelle de la CES et de la Conférence centrale, avec leurs tâches, domaines de responsabilité, compétences et rôles spécifiques. Parmi les sujets de préoccupation touchant la collaboration, le document cite, au-delà du financement des tâches pastorales, le positionnement à adopter dans les questions touchant les rapports Eglise-Etat et la place des Eglises au sein de la société, l’information mutuelle ainsi que la politique de communication vis-à-vis du public sur des objets importants aux yeux des deux partenaires. Concrètement, il est prévu de créer à cette fin un organisme commun qui se chargera d’aménager la collaboration au niveau stratégique et opérationnel.

Quant au nouveau contrat de cofinancement, sa nécessité s’est imposée parce que l’accord en vigueur entre la CES, la Conférence centrale et l’Action de Carême s’éteindra à fin 2017 du fait de l’entrée en vigueur du nouveau régime de l’engagement financier en Suisse de l’Action de Carême. Le contrat adopté définit en particulier l’action conjointe des organes de la CES et de la Conférence centrale dans l’attribution de moyens financiers aux institutions ecclésiales actives à l’échelon de la Suisse et des régions linguistiques.

Matériellement parlant, le cofinancement porte, à l’heure qu’il est, sur une somme d’environ 9,5 millions de francs. Cette manne sert notamment à soutenir financièrement la Conférence des évêques suisses, son secrétariat général et ses organismes internes, les centres médias ecclésiaux actifs dans les trois régions linguistiques, les institutions de formation de l’Eglise, les organisations en charge de la pastorale de la jeunesse et de la pastorale des migrants, ainsi que de nombreux instituts et offices spécialisés.

 

Fribourg et Zurich, le 11 décembre 2015

Walter Müller, chargé d’information de la CES
Daniel Kosch, secrétaire général de la Conférence centrale