Documents

Documents

26.02.2014

Le refus du bricolage procréatique proposé par la Commission nationale d’éthique

Réaction de la Commission de bioéthique de la Conférence des évêques suisses à la prise de position de la Commission nationale d’éthique « La procréation médicalement assistée. Considérations éthiques et propositions pour l’avenir ».

13.09.2013

Commission de bioéthique de la Conférence des évêques suisses

Qui peut trier, sélectionner et éliminer des embryons dans un laboratoire médical ? C’est avec inquiétude que la Commission de bioéthique de la Conférence des évêques suisses réagit à la décision de la Commission de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil des Etats (CSEC-E) d’entrer en matière sur l'autorisation du diagnostic préimplantatoire (DPI).

SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 05.10.2011

Conférence des évêques suisses: pas d’autorisation du diagnostic préimplantatoire

La Conférence des évêques suisses rejette l'autorisation du diagnostic préimplantatoire (DPI). Elle a exprimé son avis dans une prise de position adressée au Conseil fédéral sur la proposition de modification de la Constitution fédérale et de la loi sur la procréation médicalement assistée. L’usage du DPI, qui vise à l'élimination des embryons «malades», n'est pas compatible avec les principes sur la dignité humaine ancrés dans la Constitution.- Le DPI implique des recherches génétiques qui décideront si un embryon produit par fécondation in vitro est implanté dans l'utérus ou non.

SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 05.10.2011

Prise de position de la CES au sujet de la modification de l’art. 119 de la Constitution fédérale et de la loi sur la procréation médicalement assistée, 27 septembre 2011.

08.03.2010

Stellungnahme der Bioethikkommission der Schweizer Bischofskonferenz: Organisierte Beihilfe zum Suizid

20.05.2009

La Commission bioéthique de la Conférence des évêques suisses rejette dans une déclaration la proposition de loi présentée par le Conseil fédéral visant à autoriser le diagnostic préimplantatoire (DPI). Le projet de loi constitue à ses yeux une tentative impossible de résoudre la quadrature du cercle. D’une part il s’agira de protéger la dignité humaine telle qu’ancrée dans la Constitution fédérale, d’autre part cette même dignité sera gravement lésée par la discrimination éthiquement inadmissible effectuée entre embryons « sains » et « malades ».

Curie romaine | 08.12.2008

Instruction de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur certaines questions de bioéthique