SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 21.05.2017

Inauguration du pavillon suisse « Prophezey » à l’exposition universelle de la Réforme à Wittenberg


Membre CES Membre CES  | 30.01.2017

Message des évêques pour le Dimanche des malades 2017 (5 mars 2017)


19.01.2017

Coordination Terre Sainte 2017 – Communiqué final


Saint-Père Saint-Père | 21.12.2016

«La non-violence: style d'une politique pour la paix»


Tous documents

Texte pour les médias du message des évêques suisses pour le 1er août 2014

SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 28.07.2014

Texte pour les médias du message des évêques suisses pour le 1er août 2014

Une demi-année après l'initiative "contre l'immigration de masse" et quelques mois avant l'autre initiative "Ecopop", l'évêque émérite de Lugano, Pier Giacomo Grampa, nous invite à réfléchir, au nom des évêques de Suisse, sur ce qui fait l'"identité" de notre pays, sur notre rapport à l'"étranger" et comment nous nous y prenons avec le vivre ensemble. Et nous met en garde face aux "étrangers invisibles", ceux qu'il faut véritablement craindre.

Photos
Bischof Pier Giacomo Grampa


Mgr Grampa nous rappelle l'"identité du peuple suisse", composé depuis toujours de langues, confessions, cultures et traditions différentes. En Suisse, nation "par volonté" (Willensnation), se rencontrent les cultures libérale, socialiste, réformée, catholique, urbaine et agraire. Les valeurs chrétiennes continuent de rester ancrées dans le peuple suisse. Mgr Grampa invite à les réactualiser: "Il faut les interpréter, en assumer la signification profonde pour l'aujourd'hui, les concrétiser surtout."

Cela est d'autant plus nécessaire qu'il s'agit de s'opposer à la mainmise sur ces valeurs par des groupes hostiles aux étrangers: "A présent, ces valeurs sont fréquemment arborées et proclamées par ceux qui souhaitent les instrumentaliser contre un ennemi potentiel (l'autre, l'étranger, le musulman). En tant qu'Églises, nous ne devons pas nous borner à les répéter, sans véritablement les vivre au présent. Sinon nous risquons de provoquer un effet d’identification entre le croyant et celui qui instrumentalise ces valeurs pour “défendre nos traditions chrétiennes”, sans pour autant les comprendre et en relever le défi. Au final, nous aurons nombre de bons chrétiens convaincus que la meilleure façon de défendre le christianisme est de limiter l’accès aux étrangers, empêcher quelques-uns de leurs droits, ériger des murs et des barrières."

Après l'acceptation de l'initiative "contre l'immigration de masse", force est de repenser notre rapport aux étrangers. C'est pourquoi Mgr Grampa nous avertit de ne pas taxer de xénophobe tout partisan de l'initiative. Le malaise ressenti par bien des personnes répond aussi de la situation sociale: "L’on est arrivé au point que nos ouvriers perdent leur travail, étant remplacés par une main d’œuvre étrangère rétribuée de façon risible. Cette honte doit être affrontée et évincée, en fixant un salaire minimum pour les diverses branches professionnelles. Malgré le refus net du salaire minimum lors de la dernière votation, le problème demeure aigu."

Pour Mgr Grampa, il importe de ne pas aborder la question naïvement. Il faut véritablement prendre au sérieux les craintes exprimées par une partie de la population, car "nier la peur revient à nier la réalité." Aux yeux de l'évêque, la manière la plus appropriée pour s'affranchir de cette peur est de faire un pas vers l'autre: "La règle selon laquelle il faut 'regarder dans les yeux quand on fait l’aumône' vaut aussi pour aller à la rencontre d'une personne qu’on ne connaît pas. Dans notre cas, l’étranger. Si la volonté de connaître l’autre prime sur d'autres considérations, une perspective nouvelle s'ouvre devant nous."

Ceci dit, il existe pour Mgr Grampa des 'étrangers' qu'il faut craindre: "Ce sont les étrangers 'invisibles', sans visage. Il est impossible de les rencontrer, et cependant ils conditionnent notre vie et menacent réellement notre coexistence. Ce sont des sociétés internationales de la finance qui court-circuitent des pans entiers du système économique par le seul transfert de richesses, sans pour autant en créer. Ce sont des organisations criminelles, qui recyclent de l'argent et mettent ainsi sous leur contrôle des entreprises et des commerces; qui transfèrent les gains issus de leurs salons de massage moyennant le marché financier." Il est vrai que ce type d'étranger ne forme pas de queue sur l’autoroute ni ne vole dans nos maisons: "mais il nous subjugue de façon plus pénétrante et sournoise, en nous dérobant la conscience et la culture."

En proposant ce qui fait le propre de notre identité et de notre culture, les évêques suisses souhaitent un heureux Premier août à tous les concitoyens et concitoyennes en Suisse.

 

Mgr Pier Giacomo Grampa