SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 31.07.2017

Arbeitsort Fribourg



21.11.2016

SPI - Medienmitteilung vom 14 . November 2016


Membre CES Membre CES  | 18.05.2015

Hommage de Mgr Markus Büchel suite au décès de Hisham Maizar


Service d'information | 13.03.2015


Tous documents

03.03.2011

Oecuménisme en Suisse - encourager ce qui est possible

Message de la Commission oecuménique de la CES

Chères équipes pastorales,
chers prêtres et animateurs pastoraux,
chers membres des conseils de communautés,
vous qui êtes impliqués dans l’œcuménisme,

Malgré toutes les irritations suscitées par la levée de l’excommunication des quatre évêques de la fraternité sacerdotale Saint-Pie-X et par diverses prises de positions du Vatican concernant la question de l’Eglise – la Commission œcuménique de la Conférence des évêques suisses tient à le souligner – il est impossible de revenir au temps précédant l’engagement des Eglises d’Europe manifesté par la « Charta oecumenica ».

Le 22 avril 2001, les présidents de la Conférence des Eglises d’Europe (KEK) et du Conseil des Conférences Episcopales d’Europe (CCEE) signèrent la « Charta oecumenica ». Cette directive fait croître la collaboration entre les Eglises d’Europe. Elle commence par l’engagement personnel « à faire des efforts avec persévérance pour une compréhension commune de la Bonne Nouvelle du salut en Christ dans l'Évangile; à travailler en outre, dans la force de l'Esprit Saint, à l'unité visible de l'Eglise de Jésus Christ dans l'unique foi, qui trouve son expression dans un baptême réciproquement reconnu et dans la communion eucharistique, tout comme dans le témoignage et le service » (I, 1).

En chemin vers la communion visible des Eglises en Europe, la « Charta oecumenica » parle d’annoncer ensemble l’Evangile, d’aller les uns vers les autres, d’agir ensemble, de prier les uns avec les autres et de poursuivre le dialogue (II, 2-6). Enfin, elle met l’accent sur la responsabilité commune en Europe, s’engage à réconcilier les peuples et les cultures, à sauvegarder la création, à approfondir la communion avec le Judaïsme, à cultiver des relations avec l’Islam et à rencontrer d’autres religions et modes de pensée (III, 7-12).

Les directives œcuméniques sur lesquelles les responsables des Eglises d’Europe se mirent d’accord restent – malgré les difficultés et ricochets du dialogue œcuménique – notre tâche et notre engagement afin de répondre à la prière de Jésus « Que tous soient uns pour que le monde croie » (Jean 17,21).

La Commission œcuménique désire encourager les Paroisses et communautés ecclésiales à continuer ensemble la route empruntée jusqu’à aujourd’hui dans un respect réciproque et un esprit d’ouverture. 

Plus particulièrement, la commission suggère les points suivants pour que l’unité œcuménique puisse croître :

  • La prière pour l’unité chrétienne pourrait se poursuivre au-delà de la semaine prévue, en se retrouvant pour des veillées de prière communes, en s’invitant à la liturgie de la Parole spécifique à chacun (vêpres, vigiles, réunions de prière), en partageant ses propres richesses quant au répertoire de chants, à l’iconographie, aux formes de vie commune.
  • Les célébrations communes pour des familles mixtes, pour des écoles, ainsi que dans l’aumônerie militaire, sont à développer ; il y a à créer des éléments symboliques forts pour renforcer l’espérance œcuménique, comme p. ex. lors de la rencontre de Taizé fin décembre 2007 à Genève qui par les rencontres de prière régionales a eu un fort impact au niveau des diocèses et des Eglises cantonales.
  • La « Charta oecumenica » est davantage à faire connaître et à appliquer concrètement. Ainsi des projets œcuméniques exemplaires qui construisent des ponts entre plusieurs Eglises dans une région peuvent se faire connaître en sollicitant le label « Oecumenica » auprès de la Communauté de Travail des Eglises Chrétiennes en Suisse (CTEC).
  • Des engagements et des projets diaconaux vécus en commun accentuent le rapprochement et éveillent les Paroisses à l’enseignement social de l’Eglise catholique, trop souvent ignoré.
  • L’approfondissement de sa propre identité de foi dans les formations et cours de théologie peut conduire à plus d’ouverture, il en va de même en Suisse Romande avec les partages d’Evangile ou la lectio divina de l’Ecole de la Parole.
  • Un échange régulier entre les confessions utilise toutes les synergies possibles et les fait connaître (diaconie, actions, prières et liturgies sans confrontations et dépassements de limites concernant l’Eucharistie / La Sainte Cène).
  • Parmi les communautés nouvelles et dans l’animation jeunesse la dimension œcuménique va de soi : Elle est à valoriser et à accompagner avec soin et ses expériences méritent d’être analysées.
  • Une histoire d’Eglise œcuménique et facilement abordable est à développer dans les facultés de théologie, en plus des études interconfessionelles sur l’ecclésiologie. Histoire d’Eglise qui communiquerait le passé et la spécificité des Eglises à un large public.

La Commission œcuménique de la Conférence des évêques suisses, 3.3.2011