14.02.2017

Un groupe d’experts de la Conférence des évêques suisses étudie le « modèle du Bénin »


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 13.02.2017


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 06.02.2017


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 06.02.2017

Les évêques suisses offrent une plateforme de dialogue



Tous documents

Service d'information | Communiqué de presse | 10.08.2015

Collecte pour les victimes de mesures de coercition à des fins d'assistance

Le dimanche 16 août 2015, les quêtes prélevées lors des messes catholiques en Suisse seront destinées au Fonds d’aide immédiate pour les victimes de mesures de coercition à des fins d'assistance. Il s’agit de venir en aide à des personnes qui se trouvent jusqu’à présent dans une situation financière précaire, du fait qu’elles ont été victimes, par les autorités étatiques, de mesures de «coercition à des fins d’assistance» et de placements extrafamiliaux.

Parmi les concernés figurent les enfants autrefois placés d’office, les enfants envoyés en institutions, les personnes internées par décision administrative, les victimes de coercition (à savoir d’avortement, de stérilisation ou de castration sans leur accord), les enfants adoptés de force et les gens du voyage. Le Fonds d’aide immédiate soutient les victimes si elles n’ont pas bénéficié d’autres formes d‘aide appropriée. Cette aide est l’expression d’une reconnaissance générale de l’injustice subie et de la solidarité à l’égard des victimes de mesures de coercition à des fins d'assistance.

Un projet de loi et une initiative populaire ont été lancés au niveau fédéral, en vue de régler l’aspect financier du sort qu’ont connu les enfants et les adolescents victimes, avant 1981, de mesures de coercition à des fins d’assistance ou de placements extra-familiaux. Un certain délai devra cependant être observé avant que ces mesures financières inscrites dans la loi au niveau national ne puissent s’appliquer. Il faut compter au moins deux ans, ou même jusqu’à quatre ans pour l’Initiative sur la réparation. Pour les concernés, dont beaucoup sont déjà d’un âge avancé ou vivent dans des conditions financières difficiles, ce temps d’attente est très long.

C’est pourquoi un fonds d’aide immédiate a été créé sur la base du droit privé, pour permettre entretemps de fournir de façon rapide et non-bureaucratique des prestations pécuniaires à l’intention des celles et ceux qui se trouvent actuellement dans une situation financière particulièrement difficile. Le fonds de solidarité est alimenté par différentes sources, et notamment les collectes réalisées par les Eglises reconnues en Suisse.

D’autres informations au sujet des études menées sur les mesures de coercition à des fins d’assistance et les placements extrafamiliaux se trouvent sur le site internet géré par le délégué aux victimes de mesures de coercition à des fins d'assistance, Luzius Mader : ( www.fuersorgerischezwangsmassnahmen.ch).

Fribourg, le 10 août 2015

Walter Müller
Chargé de l‘information de la Conférence des évêques suisses