16.03.2017

Fédération des Églises protestantes de Suisse, Conférence des évêques suisses, Conférence centrale catholique romaine de Suisse, Association « 600 ans de Nicolas de Flue »


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 09.03.2017

La pastorale des migrants sous la loupe


14.02.2017

Un groupe d’experts de la Conférence des évêques suisses étudie le « modèle du Bénin »


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 13.02.2017



Tous documents

SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | Communiqué de presse | 08.07.2008

Pas de légitimation étatique pour les organisations d’assistance au suicide

L’Eglise catholique en Suisse est inquiète de l’acceptation que les organisations d’assistance au suicide cherchent à gagner dans des cercles toujours plus larges. Celui qui respecte la vie et la dignité humaine ne peut pas approuver le suicide et encore moins l’encourager. Les évêques suisses rejettent toute tentative d’ancrer dans la loi une assistance au suicide organisée et commerciale.

Une assistance au suicide organisée contredit non seulement la vision chrétienne de la personne humaine, mais aussi la vision définie dans la Constitution fédérale. Pour cette raison, le Conseil fédéral a constaté que le législateur doit agir. Mais l’éventuelle introduction envisagée par le Conseil fédéral d’exigences minimales en matière de diligence et de conseils aux patients est inacceptable pour les évêques suisses.

Car avec l’admission et le contrôle de telles exigences, les organisations d’assistance au suicide bénéficieraient non seulement de la tolérance mais encore d’une légitimation étatique. Ce qui est le contraire de ce qui est visé. Les évêques rappellent que seule une interdiction de l’assistance au suicide organisée et commerciale est une solution adéquate.

En vérité, l’assistance au suicide n’est pas une aide. Elle contredit le devoir fondamental de la protection de toute vie humaine. C’est un faux jugement de penser que l’on puisse, ou même que l’on doive, répondre à la demande de suicide exprimée par une personne. Le désir de mort ne correspond que rarement a une décision prise librement mais est pratiquement toujours soumis à la pression des circonstances : la souffrance, le sentiment de la perte de sens ou la crainte d’être une charge pour ses proches.

Il est essentiel de voir que la compassion envers une personne souffrante ne réside pas dans l’homicide, mais dans l’affection. L’accompagnement des mourants, qui repose sur le dévouement de nombreux bénévoles, participe de cette affection. Cette tâche ne peut pas être prise en charge uniquement par le personnel médical, et par des proches. Les évêques remercient toutes les personnes actives dans ce domaine. La tâche de l’Eglise elle-même consiste à soutenir les souffrants et les mourants par la force de la prière et des sacrements, ainsi que par la présence d’aumôniers. Du côté de l’Etat, on peut attendre qu’il s’engage plus fermement pour le développement des soins palliatifs.

Fribourg, 8 juillet 2008

------------

Conférence des évêques suisses
Walter Müller, chargé de l’information
Avenue du Moléson 21, case postale 278
CH-1701 Fribourg
Tel. ++41 26 322 47 94, www.sbk-ces-cvs.ch