16.03.2017

Fédération des Églises protestantes de Suisse, Conférence des évêques suisses, Conférence centrale catholique romaine de Suisse, Association « 600 ans de Nicolas de Flue »


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 09.03.2017

La pastorale des migrants sous la loupe


14.02.2017

Un groupe d’experts de la Conférence des évêques suisses étudie le « modèle du Bénin »


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 13.02.2017



Tous documents

Communiqué de presse | 15.06.2006

Non à la loi sur l’asile. Oui à la dignité humaine et à l’État de droit

La loi sur l’asile entrave l’accès des personnes persécutées à la procédure d’asile au lieu de leur garantir une protection, elle abandonne à la rue les demandeurs déboutés sans aucune aide sociale et augmente le nombre de sans-papiers. Ce sont les raisons qui amènent la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), la Conférence des évêques suisses (CES) et la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) à la rejeter.

Fédération des Églises protestantes de Suisse
Conférence des évêques suisses
Fédération suisse des communautés israélites

La loi sur l’asile, dont la version révisée sera soumise au vote populaire le 24 septembre prochain, règle le traitement réservé aux personnes en quête d’un refuge en Suisse. La Fédération des Églises protestantes, la Conférence des évêques suisses et la Fédération suisse des communautés israélites s’opposent fermement aux nouvelles dispositions sur la non-entrée en matière, à la suppression de l’aide sociale pour les personnes dont la demande d’asile a été refusée, à l’inégalité de traitement des cas d’extrême gravité et aux mesures de contrainte, qu’elles estiment inopérantes et contraires à la dignité humaine. Elles se déclarent résolument favorables à une politique d’accueil humanitaire offrant une protection aux personnes persécutées et un accès à l’aide sociale pour tous les demandeurs d’asile.

Ces exigences fondamentales, que la FEPS, la CES et la FSCI ont adressées au Parlement et à ses commissions, n’ont pas été retenues par le Parlement dans le texte de loi révisé. Seul le droit fondamental à l’aide d’urgence a été réintégré dans la loi après l’intervention du Tribunal fédéral. Sur plusieurs points importants, le texte soumis au vote se trouve donc en contradiction avec la tradition humanitaire de la Suisse et avec ses valeurs judéo-chrétiennes.

La FEPS, la CES et la FSCI confirment par ce refus l’orientation qui était la leur jusqu’à présent, et en prenant position conjointement, entendent donner des éléments de réflexion. Au cours des dernières années, elles se sont régulièrement exprimées sur la législation relative aux migrations et à l’asile, en insistant toujours sur le respect de la dignité humaine et des valeurs chrétiennes et juives. Ce faisant, elles expriment aussi leur reconnaissance envers toutes les personnes – et les nombreuses femmes parmi elles – qui depuis longtemps, au sein des paroisses ou dans des organisations d’entraide, accomplissent un travail remarquable et souvent bénévole pour accompagner les demandeurs d’asile et améliorer leurs conditions d’existence.

Brochure:
www.kath.ch/sbk-ces-cvs/pdf/asyl_web_fr.pdf
(Commande chez le Secrétariat de la CES! Adresse: Av. du Moléson 21; 1706 Fribourg)

Berne, le 15 juin 2006

Mario Galgano
Porte-parole et attaché de presse de la CES
Mobile: +41(0)79/446.39.36 - E-Mail: info-sbkbluewin.ch