SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 29.03.2018

Centre d’Études pour la Foi et la Société CEFS, Institut d’Études Œcuméniques ISO de l’Université de Fribourg Conférence des évêques suisses CES Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS



SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 09.03.2018

La 319e assemblée ordinaire de la Conférence des évêques suisses (CES) s’est déroulée du 5 au 7 mars au Centre Saint-François à Delémont et à Bâle.



SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 07.12.2017

Assemblée de la Conférence des évêques suisses (CES) à Engelberg


Tous documents

Mgr Grampa et le débat sur la burqa

SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | Communiqué de presse | 27.09.2013

Mgr Grampa et le débat sur la burqa

Ne surestimons pas les problèmes !

Mgr Pier Giacomo Grampa, évêque de Lugano, président du groupe de travail Islam de la Conférence des Evêques suisses, prend position sur la récente votation populaire au Tessin relative à l’interdiction du port de la Burqa.

L'initiative populaire constitutionnelle en vue de l'interdiction de dissimuler le visage en public, au-delà des bonnes intentions de ses promoteurs, a été un autre exemple de mauvaise solution pour atteindre un but pourtant positif, celui de promouvoir et favoriser l'intégration en Suisse de personnes de pays, cultures et religions différents, dont la religion musulmane. Je pense que ce n'est pas la voie des interdits constitutionnels qu'il faut suivre, mais celle de l'intégration, de l'accueil, du dialogue, du respect réciproque, de l'échange sur les valeurs qui qualifient nos civilisations et nos démocraties, valeurs qui méritent d'être protégées et soutenues.

Le résultat de la récente votation au Tessin ne  me surprend guère. Il en était pour moi de même en ce qui concernait l’initiative relative aux minarets: la peur a eu le dernier mot, en surestimant un problème mineur et en lui conférant une importance qui ne lui revient pas.

Ce sont d'autres voies qu'il faudra choisir pour favoriser l'intégration des étrangers chez nous. Comme j'ai eu l’occasion de l'écrire, les solutions "fondamentalistes" conduisent à l’intransigeance et à l’intolérance. Les problèmes doivent être réglés d’une manière pragmatique, sans peurs idéologiques qui véhiculent trop souvent la prééminence de ses propres convictions sur celles des autres.

Les solutions pragmatiques aux problèmes concrets sont toujours meilleures que les "impératifs" constitutionnels. Ne surestimons pas les problèmes !

+ Pier Giacomo Grampa, Evêque de Lugano