16.03.2017

Fédération des Églises protestantes de Suisse, Conférence des évêques suisses, Conférence centrale catholique romaine de Suisse, Association « 600 ans de Nicolas de Flue »


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 09.03.2017

La pastorale des migrants sous la loupe


14.02.2017

Un groupe d’experts de la Conférence des évêques suisses étudie le « modèle du Bénin »


SBK-CES-CVS Conférence des évêques suisses | 13.02.2017



Tous documents

Communiqué de presse | 01.12.2006

Le Conseil des religions dit clairement non à l’exploitation de la religion à des fins électoralistes

Le Conseil suisse des religions s’oppose à la manipulation de la religion à des fins politiques et à la remise en question de la norme pénale antiracisme.

L’intégration de personnes issues d’autres cultures et adeptes d’autres religions est une tâche difficile pour notre société. Mais les membres du Conseil suisse des religions, réunis pour leur seconde séance le 24 novembre dernier à Berne, ont rappelé que cette intégration doit viser à la construction d’une société empreinte d’attention et de respect mutuels.

Le Conseil est très préoccupé par les récentes tentatives de manipulation de la religion à des fins de tactique électorale, qui sont une manière irréfléchie de tirer profit du sentiment d’insécurité de la population pour une propagande de parti. Il faut un débat public sur des questions telles que la construction de minarets ou la mise en place de carrés confessionnels dans les cimetières. Mais une solution consistant à priver telle ou telle communauté religieuse des libertés protégées par la constitution (par exemple par une initiative contre la construction de minarets) n’a pas sa place dans un État de droit.

Par ailleurs, les tentatives visant à discréditer la norme pénale antiracisme, voire à l’abolir, sont déplacées. Car l’injustice bafouant les droits de l’homme commence toujours par la relativisation ou la négation des victimes de violence, qu’elle soit étatique, ethnique ou religieuse. Le Conseil des religions affirme que la norme pénale antiracisme, telle qu’elle a été adoptée en 1994 par le peuple suisse, protège le plus précieux des biens dont le droit ait la charge : la dignité humaine. Le Conseil suisse des religions admet que dans certains cas précis, l’application de la norme pénale antiracisme peut être problématique. Mais il est possible de trouver des solutions à ces problèmes. Loin de restreindre la liberté d’expression, cette norme pénale constitue le fondement d’un État de droit humain et démocratique.

Pour de plus amples renseignements :
Markus Sahli, Secrétaire du Conseil des religions, Tel. 079 / 348 80 50