Comment devient-on évêque?

Dans le diocèse de Lausanne-Genève-Fribourg

La nomination d’un évêque dans l’Eglise latine est régie par le code de droit canonique, ainsi que, dans certains diocèses ou pays, par des concordats ou coutumes particulières (comme dans le diocèse de Bâle). Dans le diocèse de Lausanne-Genève-Fribourg, par exemple, l’évêque est nommé librement par le Pape. A la vacance du siège épiscopal, le gouvernement intérimaire du diocèse est dévolu jusqu’à la constitution de l’Administrateur diocésain à l’Evêque auxiliaire. Dans les huit jours qui suivent la nouvelle de la vacance, l’Administrateur diocésain est désigné par le bureau du Conseil presbytéral. Selon la déclaration sur la charge pastorale des évêques du Concile Vatican II, il est souhaitable, à moins que de graves raisons ne conseillent d’agir autrement, qu’à la vacance du siège, la charge de gouverner provisoirement le diocèse soit confiée à l’évêque auxiliaire. L’Administrateur diocésain a les attributions et les devoirs de l’évêque diocésain mais limités. Ainsi, aucune innovation ne doit être introduite durant ce gouvernement provisoire.

1.    Régulièrement (environ chaque trois ans) l’évêque diocésain établit une liste, tenue secrète, des prêtres les plus aptes à l’épiscopat. Il la transmet au Saint-Siège par l’intermédiaire du nonce apostolique en Suisse

 2.    Lorsque le siège épiscopal devient vacant (en cas de décès ou de démission), une liste tenue secrète de trois noms, la «terna», est établie par le Siège apostolique en collaboration avec le Nonce. La «terna» est généralement établie à partir  de la liste remise par l’évêque.

3.    Le Nonce mène une enquête sur les trois candidats de la «terna». Il communique au Saint-Siège son avis avec celui des autres évêques, du président de la Conférence des Evêques suisses ainsi que de toutes personnes dont il estime nécessaire le jugement quant au besoin et à l’état du diocèse. Une consultation des fidèles peut être effectuée, bien qu’elle ne soit pas prévue par le droit.

4.    A Rome, la Congrégation pour les évêques, composée de cardinaux et d’évêques, procède à un vote à partir du rapport transmis par le Nonce.

5.    Le Pape procède à la nomination du futur évêque à partir des noms communiqués par la Congrégation pour les évêques.

6.    Après que le futur évêque a accepté cette charge, la bulle de nomination est publiée.

7.    Le nouvel évêque doit se faire ordonner dans les trois mois qui suivent la réception de la bulle. Le jour de l’ordination de l’évêque, la bulle est lue à haute et intelligible voix par le Nonce ou son représentant et elle est présentée à toute l’assistance avant d’être déposée sur l’autel.

 

Les qualités pour devenir évêque

1. Une foi solide, de bonnes mœurs, la piété, le zèle des âmes, la sagesse, la prudence et les vertus humaines, et qu’il soit doué par ailleurs des autres qualités qui le rendent capable d’accomplir l’office dont il s’agit

2. Une bonne renommée

3. Au moins trente-cinq ans

4. Prêtre depuis cinq ans au moins

5. Le doctorat ou au moins la licence d’Ecriture Sainte, de théologie ou de droit canonique dans un institut d’études supérieures approuvé par le Siège Apostolique, ou qu’il soit au moins vraiment compétent en ces matières

(cf. Code de droit canonique, canon 378)

 

Source: Hors-série réalisé par la rédaction de Paroisses Vivantes – Automne 2010